AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  




Partagez | 
 

 Pulvériser est un mot bien complexe ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMIN • ROSE NOIRE
avatar
HI I'M WILDCAT
ADMIN • ROSE NOIRE

▌My Messages : 120
▌Inscription le : 06/04/2011


❝ C'est un secret?
❝ Pièces d'or: 10
❝ Relationships:
❝ Inventaire:

MessageSujet: Pulvériser est un mot bien complexe ...   Mer 11 Mai - 14:14

HRP; tous ceux qui veulent se joindre à moi, aussi nombreux que vous êtes, ne vous gênez point ! heartt

Pulvériser est un mot bien complexe ...







Le soleil, déjà très haut levé dans le ciel, éclairais la terre ferme de ces rayons destructeurs. Et déjà, la quasi-totalité de la population polluant les lieux dis sacrés, se fessait de plus en plus envahissante. Asses pour mettre notre jolie brunette dans une salle humeur noire. Il faut dire que Kahlan et la population, ça avait toujours fait deux. Non sans oublier que l'avoir assignée au poste de simple garde de la cité des hautes divinités, n'arrangeais en rien la donne. Le poste, cela fessait bien plus de cinq heures qu'elle y avait été assignée. Etant seulement de passage en premier lieu, et n'aillant que peu récupéré la nuit dernière, se voir fixer à un tel poste était tout bonnement rageant. Surtout quand cela n'est pas votre tasse de thé, la surveillance.

Il lui fallut un peu plus d'une heure -après les fameuse cinq autres heures passées à vaquer à son poste- avant qu'elle ne se résigne à son triste sort. Se disant pour simple remontant, qu'elle n'était pas la seule à être clouée en ces lieux pour une telle corvée. Et il ne lui fallut pas moins de temps pour déserté son poste au profit d'une petite promenade pensée très fortement méritée. Et la voilà s’engouffrant déjà dans les nombreux et étroits passages très peu amicaux.

...

Trois heures.
Trois heures que la jeune voleuse tournais littéralement en rond. Trois malheureuses heures qu'elle s'entêtais à compter le nombre de minutes lui échappant. Trois longues et irrémédiables heures pendant lesquelles la pauvre jeune femme, livrée à son simpliste sort, essayait aussi vainement soit-il, de retrouver son chemin perdu quelques temps auparavant. Et deux heures qu'elle se croyais folle.

Un dédale emprunté. Puis un autre, ce dernier plus chichement éclairé que l'ancien. Et alors que la lumière se fessait comme vacillante dans ce labyrinthe d'étroits corridors, où la température ambiante se fessait frisquette et où le calme environnant en devenait complètement inquiétant. Comme dénué d'espace temps -ou alors était-ce cette jeune demoiselle, si remarquablement bien vêtit, qui sombrait peu à peu dans la folie ?-, voilà qu'après tant d'heures passées à arpenter les bas-font de cette cité en ruine, un semblant de murmure résonnât. Consonance qui pouvait très bien être celle engendrer par les gouttelettes d'humidité percutant les dalles agréables du sol, qu'une réelle 'voie' quel quelle sois. Et en réalité, Kahlan se demandais lequel des deux scénarios était le meilleur. Devenait-elle folle, s'enfonçant de plus en plus profondément dans la baptise splendide ; ou alors allait-elle vraiment avoir de la compagnie, dans très peu de temps, aussi amicale soit-elle ?

Mais plus les minutes passaient, plus le son se fit étrangement vibrant, comme plus proche. Asses pour le reconnaître comme étant une douce mélodie de pat au rythme rapide et appuyé, comme avec entrain, martelant les pavés du sol. Et bien évidemment, notre jeune femme n'aurait put juger du sexe de l'importun, seulement voilà, ce détail n'avait pas réellement d'importance dans l'équation qui s'animait soudainement dans son crâne. Et une unique phrase repassât en boucle dans son subconscient déjà bien trop malmener en temps normal.

Coéquipier, ou ennemi ?
S'arrêtant simplement, se pausant dos à la roche nickel, les vives pupilles tirants entre l'orangées et le violacé, sondèrent doucement le lointain. Alors -et seulement alors- quelques aiguilles dont les pointes magnifiquement bien travaillées, était aussi coupantes que n'importe quel lame vigoureusement affûtée, apparurent dans la délicate main gauche, paume fermée. Aiguille dont la couleur des extrémités, tirant littéralement vers le mauve sombre, n'annonçait rien de bon. Et ce fut infiniment résolue, tous les sens aux aguets, que la jeune femme attendis à l'ombre de la galerie. Un frais sourire emplis de sadisme de par les pensées vagabondes du nouvel amusement qui se profilais à l'horizon, étira les fines lèvres de la jeune femme.

Alors, Coéquipier, ou ennemi ?



CL: #FF6347

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.wonderland-graphics.com/
CRONOS
avatar
CRONOS

▌My Messages : 61
▌Inscription le : 18/04/2011


❝ C'est un secret?
❝ Pièces d'or: 210
❝ Relationships:
❝ Inventaire:

MessageSujet: Re: Pulvériser est un mot bien complexe ...   Sam 14 Mai - 12:50



    Cité des hautes divinités, cité sacrée l'appelait-elle. Une cité sacrée et respectée de tous. Imposante par sa bâtisse noble et grandiose d'un marron basané qui rappelait tant de fois les légendes dans lesquelles disait-on que les dieux édifièrent la terre selon cette couleur. Cette bâtisse construite par les plus ingénieux et façonnée par les mains les plus habiles. D'une carrure impressionnante aux couleurs subliminales. Mais surtoute cette forteresse respectée et craint de tous. Tel était ce temple, dans toute sa beauté qui s'exposait royalement aux yeux de notre jeune femme au corps lactée dont l'anatomie entrait doucement dans l'édifice. Les lieux comme à leur habitude étaient envahis de monde, une population remuante qui s'occupait tant bien que mal de toutes les choses qu'il y avait à faire dans le sanctuaire. Cette bonne humeur palpable chez tous les travailleurs malgré la dureté des tâches qui semblaient à effectuer, la ravissait. Une bonne attitude face au travail ne l'avait jamais déplu ; c'était plutôt le contraire comme cette chose qu'elle faisait juste avant un combat, un sourire élégant avant de vaincre son adversaire ; toujours montrer le contraire de ce qui nous habite. Dans le cas présent, ces personnes ne semblaient nullement fausse dans leur entrain, c'était juste une chose qu'elles appréciaient. Cela se voyait et elles ne pouvaient qu'être glorifiées d'entretenir joyeusement le temple. Sans oublier les fidèles et autres qui animait le lieusacré.

    Arrivée aux immenses portes du sanctuaire, Elianore présenta aux gardes son laissé passer pour les galeries souterraines. Il y avait un grand avantage à être une guerrière, la jeune femme s'en était très vite rendu compte ; les lieux les moins visités et les plus secrets de toute la ville était à votre porté sans le moindre effort, il suffisait seulement de présenter le pendentif qu'elle portait généralement au poignet où le sceau de la garde « Cronosiéenne » comme l'appelait-elle, dont le socle était en cristal encerclé par un renforcement en acier.

    Passé ce petit contrôle de routine, la jeune femme fusa dans la direction des vestibules par lesquels elle atteignit très vite les catacombes. L'air frais des galeries souterraines emplirent ses poumons, il faisait froid presque humide. De petites ouvertures par-ci, par là amenaient un soupçon de lumière dans le demi-jour. Par terre, un chemin de petites dalles en pierre était disposé malgré la boue qui les avait recouverts très vite. Les têtes des défunts étaient disposées les unes sur les autres longeaient certaines galeries, et d'autres en était dépourvues. Elle trouva même leur compagnie sympathique, se devait être les têtes de gardes du temple peu distingués pour être ensevelis selon les rites funèbres opportun. Tout en marchant dans la boue visqueuse et entre les galeries suivant une carte qu'elle avait sortie de la sacoche accrochée sur sa hanche qui contenait aussi son arme, elle se demandait pourquoi c'était à elle de faire, ce dont personne ne voulait. Ces coéquipiers n'avaient pas voulu de cette mission à cause des histoires de créatures étranges qui s'animaient dans les catacombes que les personnes racontaient à tord et à travers. Futilité. Ne jamais croire les commérages.

    Elle avançait d'une démarche empressée, plus elle irait vite, plus elle trouverait ce qu'elle était venue chercher et plus elle serait vite sortie de ce trou à rat. Préoccupée par sa quête et le nez sur sa carte, elle ne se rendit même pas compte qu'elle se dirigeait vers quelqu'un. Pourtant, le son de la respiration régulière de cette personne, l'aurait sans aucun doute avertie en d'autres circonstances. Ce n'est que lorsqu'elle aperçut l'ombre légère de l'émule qu'elle se rendit compte de sa présence. Adossée à la paroi celle-ci la fixait intensément en lui adressant un sourire sardonique.

    - Tiens, tiens, dit-elle doucement en haussa son sourcil droit comme pour montrer sa prétendue surprise ; mais bien sûr il ne lui était pas rare de tomber sur des individus au moment où elle s'y attendait le moins.

    Elle s'avança doucement vers la brunette, lui adressant un sourire semblable au sien. Elle tenait quelque chose dans sa main mais elle n'aurait pas su dire quoi, elle pourrait très bien penser à sortir son arme mais elle n'en avait pas envie. Une erreur ? Et bien, ce serait très abracadabrant qu'une guerrière laisse ses arrières découverts ainsi. Elianore était bien plus maligne que ça voyons. Dégageant une mèche de ses cheveux blanchâtres qui barrait sa vue, elle se rapprocha avec une flegme imperturbable de la femme. Sa petite excursion prenait de drôle de tournure, peut-être qu'en fin de compte avait-elle bien fait d'accepter cette mission...

    - On apprécie l'ossuaire ?

    La femme devant elle semblait de son âge quoique le tracé des veines sur son cou plus visible que chez d'autres personnes montraient qu'elle était une pointe plus âgée. Une nécrophile ? Une taphophile ? Une fossoyeuse ? Ou simplement une pilleuse ? Toutes les versions de la besogne confiée à cette inconnue étaient plausibles et Elianore allait sûrement le savoir.


Dernière édition par Elianore L. Stellar le Lun 6 Juin - 15:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN • ROSE NOIRE
avatar
HI I'M WILDCAT
ADMIN • ROSE NOIRE

▌My Messages : 120
▌Inscription le : 06/04/2011


❝ C'est un secret?
❝ Pièces d'or: 10
❝ Relationships:
❝ Inventaire:

MessageSujet: Re: Pulvériser est un mot bien complexe ...   Jeu 2 Juin - 14:02

( HAHAHA ! J'te donne l'autorisation de me fouetter -ou j'sais pas trop quelle connerie du genre- ; parce que jt'ai fais attendre un sacré bous de temps. Pardon )

▬ [...] Oui, je voulais tout foutre en l'air ...






« ▬ Tiens, tiens ... On apprécie l'ossuaire ? Lança la nouvelle présence, les dires résonnant quelque peu dans le nouveau silence fragile.
Bien plus que l'on pourrait l'imaginer ! Répondit-elle, non sans un gloussement timide. Presque enfantin. »
Une nouvelle esquisse de sourire, mêlant adroitement narquois pur et enfantillage simpliste, s'inscrivit sur les fines lèvres de la jeune femme à la longue tignasse couleur céramique. Et ce n'est que lorsque la silhouette de son -ou plutôt sa- vis-à-vis fut pleinement visible, que le sourire de Kahly finit sa course au creux de ses joues. En effet, loin de la stature masculine, le nouvel arrivant se trouvait être une femme, une vrai, surement. A la tignasse flamboyante de beauté et de clarté, et aux yeux bien trop exquis, pouvant en faire tomber plus d'un.

Les traits de ce visage si délicat, avaient de quoi rendre bon nombre de femmes jalouses. Oui, la jeune voleuse venait de se trouver un être de taille. Ne serait-ce que pour échanger quelques mots, si son flaire était bon. Car malgré le ton platonique et doux de sa nouvelle compatriote du moment, l'allure imposante et la lueur bien trop futée dans ces iris de couleur presque mordorée, en disait long sur la jeune femme. Du moins asses pour Kahlan qui, à défaut de ranger les armes et sa garde, remis ses fines aiguilles à leurs place.

De toute manière, il était fort probable que la jeune femme en face d'elle ai déjà reconnue le danger qui se positionnais il y encore peu, dans les mains de la jeune voleuse. Et à vrai dire, la migraine tout juste sur le point de naitre au sein du crâne de cette dernière, la dissuada d'être un peu trop sur la défensive. Si les maux de tête persistaient trop, et qu'elle dû en venir aux points, les chances de gagner auraient étés bien trop minime pour tenter le coup. Et ce fut comme pour montrer que le danger avait été écarté, que la jeune partisane des roses noires tendis quelques peu les paumes ouvertes, aux yeux de la jeune femme, se décollant alors quelque peu du mur. Ce qui ne suffit pourtant pas à rattraper l'écart de taille les séparant. Décidément, elle venait de tomber sur une donzelle digne de lui faire une esquisse d'ombre.

Il ne fallut que peu de temps, pour que le regard violacée rencontre ces deux orbes jaunâtres emplis d'une lueur cristalline perdue. Le sondant alors, sans animosité aucune. Du moins très peu.
« ▬ Mais je vois que je ne suis pas la seule, dans ce cas. Dit-elle, se rapprochant encore un peu plus. »
Quelques pat de plus, encore et toujours. Non sans garder un semblant de recul par simple politesse envers la jeune femme. Un rapide coup d’œil, dissuada la jeune partisane des Rose Noire, de continuer son petit manège. En effet, le gracile pendentif attaché au poignet de la jeune femme lui fessant fasse, lui appris bien vite que ce sceau était bel et bien celui qu'elle haïssait si rageusement. Décidément, la journée ne souriait pas à notre petite brunette qui, d'un geste désinvolte, fit volte face tournant alors le dos à son interlocutrice. Oh, bien-sûr, cela ne dura qu'un court instant. Instant cependant asses long pour laisser la jeune voleuse jurer contre le symbole fraichement discerné, et sa porteuse.

S'être trouver un être encore vivant en ces lieux - surtout une femme aux airs maligne et plutôt bien foutue physiquement-, l'avait pourtant vraiment ravie. Asses pour penser pouvoir faire une pause dans sa recherche d'échappatoire. Asses pour ne pas avoir à endosser une autre quête pendant un court laps de temps. Asses pour laisser ses maux de crâne aller et venir suffisamment pour ne plus les ressentir au final. Seulement voilà. La nouvelle information donner par le délicat bracelet, changeait bien trop la donne. Et il fut alors hors de question de s'éterniser en ces lieux avec une femme pareille. Non. Pas avec une partisane des Cronos dans son collimateur. Qu'ils aillent tous brûler en enfer, hum ? Oui seulement voilà, ça, ce fut plus la destinée réservée aux personnes comme Kahlan ; pas à eux, ces sales chiens du Peuple.

Esquissant une moue écœurée, et ce non sans avoir une fois de plus jurée entre ses dents ; la jeune voleuse refis volte face, histoire de mieux discerner la jeune femme derrière elle. Une trainée de la garde « Cronosiéenne », donc ? Quel dommage que ces foutus maux de tête ne veuillent pas s'estomper, ne serait-ce qu'un peu. La jeune brunette se sentait pourtant d'attaque à décimer tout un régiment entier, si il le fallait, et avec la seule force de ses poings si cela en valait la peine. Ce ne fut donc pas l'envie de décrocher la délicate mâchoire de sa nouvelle partenaire, qui lui manquait. Loin de là même.

Seulement, un autre fait entrait alors en jeu. Une partisane de Cronos ne se serait pas aventurée ici, à l'inconnu, sans une carte. Ou alors avait-elle une mémoire photographique innée ? Kahly' préféra croire en la première hypothèse, cela l'arrangerait bien plus. Il suffisait simplement de demander en bonne grâce, sa route à la jeune femme, pour ensuite pouvoir s’éclipser sans entrainer de désagrément. Et ce fut non sans remonter le col de son manteau à manche courte -et dont la couleur ressemblait bien trop à celle du sang- au préalable, que la voleuse esquissa maladroitement un sourire, qu'elle aurait voulu être le dernier ; avant de reprendre la parole, caressant à travers sa veste, la marque qui la nommait comme partisane de son clan. Partisane des roses noires. Marque imprimée à même la peau de sa nuque, un peu en dessous de son oreille gauche, inscription alors cachée par la masse somptueuse de sa chevelure. Son manteau redescendant quelque peu ne dévoilant pourtant rien de tout cela.
« ▬ En vérité, je ne fessait que me promener, avant que par mégarde, je ne perde mon chemin au détour d'un couloir trop chichement éclairé. Soupirat-elle, mimant l'expression même de la peine. Sauriez-vous, par le plus parfait des hasards, quel est le chemin à emprunter pour remonter à la lumière du jour ? »
Elle espéra alors pas une réponse comme une proposition à la racompagner, parce que cela, elle ne sus si elle aurait tenue jusque là en restant parfaitement sur ses gardes, alors que la mauvaise humeur mêlée à un sentiment de lassitude la gagnait peu à peu.

BONUS >8D:
 



CL: #FF6347

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.wonderland-graphics.com/
CRONOS
avatar
CRONOS

▌My Messages : 61
▌Inscription le : 18/04/2011


❝ C'est un secret?
❝ Pièces d'or: 210
❝ Relationships:
❝ Inventaire:

MessageSujet: Re: Pulvériser est un mot bien complexe ...   Lun 6 Juin - 15:29

(Te fouetter vraiment ? :3 Pas de soucis pour le retard Kalhy')



    « ▬ En vérité, je ne faisais que me promener, avant que par mégarde, je ne perde mon chemin au détour d'un couloir trop chichement éclairé. Sauriez-vous, par le plus parfait des hasards, quel est le chemin à emprunter pour remonter à la lumière du jour ? », dit son interlocutrice pour seule explication.

    Elianore ne s'attendait vraiment pas à ça. La demoiselle aux traits épatants tant leur beauté mais qui la rendait si sauvagement farouche, lui servit se semblant d'éclaircissement par une phrase qui paraissait très naturelle. Son attitude s'accordait parfaitement à ses pas lents qui en disaient longs sur son égarement. Pauvre d'elle, aurait-elle voulu penser. Peut-être devrais-je lui indiquer le chemin à suivre comme elle le lui demandait ? Elle paraît si sincère... Et pourtant quelque chose de faux dans sa voix lui mettait la puce à l'oreille. C'était même presque impossible de faire outre son intuition.

    Il y avait autre chose qui se cachait derrière se sourire. Très loin d'être dupe la blanche colombe était même très perspicace et ce jeu qu'esquissait son interlocutrice ne faisait qu'attiser sa curiosité. Ainsi la brunette avait amorcé un jeu assez malsain car tout le monde sait que la courtoisie est la meilleure manière de cacher son hypocrisie. Rien que pour ce stratagème, la ravissante inconnue en devenait presque changée aux yeux de notre demoiselle : elle s'avérait pouvoir être une noble adversaire.

    Sans en tirer une certaine vivacité d'esprit la combattante avait aussi remarqué le changement d'attitude chez l'émule, elle semblait très respectueuse quelques minutes plus tard et désormais elle manifestait une certaine lassitude et l'envie de prendre congé de sa compagnie. Un rictus ironique s'afficha sur ses douces lèvres désormais humidifier par l'humidité palpable et ambiante qui s'était installer peu à peu dans les catacombes. Ce n'était pas vraiment dans les plans de notre jeune femme de quitter si vite, cette compagnie imprévue, elle en oubliait presque le pourquoi de sa présence ici, tout ce qui lui importait maintenant c'est de ne pas laisser échapper un si belle trouvaille s'échapper. Ici, comme au combat quand on tient une proie, on essaye de ne pas la laisser partir sans en avoir tirer le plus de profits possibles.

    « Ne craignez-vous pas les créatures peuplant ces tunnels ?, ignorant proprement la question qui lui a été posée, elle crut bon de répondre à une question par une question.

    Sans vraiment attendre une réponse de la part de cette femme, elle se permit de la toiser intensément pour ne serait-ce que déceler un petit quelque chose dans son mystérieux regard. C'était une vaine tentative car celle-ci resta le plus impassible du monde, comme si elle avait fermé son esprit à toutes intrusions indésirables. Même si l'inconnue n'a sûrement jamais appris à faire ce petit stratagème de druides, elle pouvait se réjouir de l'accomplir. Et Elianore ne pouvait que craindre de cette intruse si hautement protégée. Mais cette découverte ne l'arrêta pas, une combattante doit savoir affronter n'importe qu'elle situation n'était-ce pas ce que lui disait aux entraînements, elle passa une main rapide dans sur son épaule et en y dégageant ses longs cheveux -qui avait cru bon de s'y nicher-, elle s'éloigna lentement gardant toujours un œil sur cette femme et explorant les parois du la main pour repérer un défaut dans l'argile. Elle refit volte face à la brunette, en lui adressant un sourire bêcheur.

    « Je vous aurais bien raccompagnée... »

    Mensonge, ça ne lui avait même pas traversé l'esprit. Cette femme devrait rester en sa compagnie au moins jusqu'à ce qu'elle se lasse d'elle pour retourner à la besogne qu'on lui avait confiée. Elle reprit sa contemplation minutieuse de la paroi en faignant d'être extrêmement préoccupée. A vrai dire ce n'était pas qu'une attitude, dès qu'elle aurait trouvé le défaut ; ou plutôt le trou où engrener la clé qu'elle portait sur elle, elle pourrait trouver l'ouverture du tombeau qu'elle était venue chercher. La partisane de Cronos fit volte-face en retirant de sa sacoche la carte qu'elle avait eu l'intelligence de dissimuler -peut-être un peu tard- de la vue de la donzelle. Tout en arpentant évasivement l'antique parchemin, qui ne devait pas être utilisé fréquemment en vue de son bon état de conservation, elle caressait délicatement son cou. C'était presque devenue une habitude de faire ceci lorsqu'elle avait quelque chose derrière la tête. Toujours une idée astucieuse dont elle se félicitait intérieurement.

    « Vous retrouverez votre chemin en continuant par là », ajouta-t-elle en désignant d'un geste incertain le chemin inverse qu'elle avait pris et ainsi le contraire de ce que lui disait la carte.

    Maligne. Comme toutes les guerrières et la jeune femme ne fasse pas exception. Elle rentrait dans le jeu de l'innocence de l'inconnue essayant le plus simplement du monde de gagner du temps. L'expression « Tous les chemins mènent à Elencia » n'est pas juste un mythe. Les catacombes étant faîtes sur ce principe de base très adroit, elle savait qu'il n'y avait deux manières d'entrée mais qu'une manière de ressortir de ce labyrinthe sombre et glacial. Logiquement l'inconnue devrait revenir sur ces pas bien vite et Elianore serait là pour l'accueillir comme il se doit... Le jeu du chat et de la souris était presque mis en route, bien que ne sachant rien, hormis le fait que cette femme n'était pas très claire dans ses intentions, elle s'attendait à assouvir sa curiosité avant de pouvoir terminer sa mission. Mais peut-être sous estimer-t-elle un peu son adversaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

HI I'M Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pulvériser est un mot bien complexe ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pulvériser est un mot bien complexe ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
♦ L'ancien monde ♦
 :: Cité des Hautes Divinités :: CATACOMBES
-

© version 03 by aeriya. toute reproduction intégrale ou partielle est interdite.
le forum appartient entièrement à son staff.
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit